Décisions du Gouvernement de la FWB en matière d'enseignement supérieur

Le résumé des mesures prévues dans la note d'intention du gouvernement publiée ce mardi 7 avril.

illustration coronavirus
  • Pour le 27 avril 2020 au plus tard, tous les étudiants et étudiantes doivent connaitre la date de leurs examens, le contenu de chaque évaluation, adapté en fonction des cours qui auront pu être suivis en présentiel et/ou à distance, et les conditions pratiques de l’évaluation.
  • Les établissements peuvent poursuivre le 2e quadrimestre jusqu’au 10 juillet au + tard. Cette option doit prioritairement bénéficier aux étudiants en années diplômantes. L’ajustement du calendrier doit se faire en tenant compte du droit au congé des enseignants (7 semaines).
  • Une aide directe exceptionnelle de 2.285.000 euros est prévue pour aider les étudiantes et étudiants impactés par la crise sanitaire. Ce montant viendra s’ajouter aux subsides sociaux déjà accordés par les établissements d’enseignement supérieur.
  • Possibilité de reporter une partie des activités pédagogiques – cours, stages, travaux, mémoires - sur le 3e quadrimestre au bénéfice des étudiantes et des étudiants. Cette disposition ne pourra être utilisée qu’en dernier recours, et en priorité pour les années diplômantes.
  • Possibilité de prolonger la session en dernier recours, de maximum 4 mois et demi. Cette disposition est réservée aux étudiants et étudiantes en année diplômante. C’est une mesure sociale qui ne devra pas payer de nouveaux droits d’inscription.
  • Concernant les stages, deux types doivent être distingués :
    • Stages traditionnels : le jury est invité à remplacer ou compléter le stage par des activités pédagogiques alternatives. Si ce n’est pas possible, report.
    • Stages pour professions réglementées : il convient de maintenir/reprendre les stages en donnant priorité pour les lieux de stage encore accessibles aux étudiants en année diplômante. L’objectif est de ne pas retarder l’entrée des étudiants et étudiantes sur le marché du travail.
      • Pour les étudiantes et étudiants qui se sont engagés volontairement afin de soutenir les structures de soins de santé, il appartient aux jurys d’examiner la possibilité de valoriser comme heures de stages, en totalité ou en partie, les compétences acquises durant la période de volontariat, dans le respect total des prescrits européens. L’adéquation entre la nature des tâches effectuées sur une base volontaire et celles qui sont prévues par la législation relative aux stages requis devra être démontrée, tout comme la réalité d’un encadrement pédagogique. Si l’un de ces deux éléments ne peut être démontré, les heures de volontariat ne pourront pas être valorisées comme heures de stage.
  • Pour les TFE et mémoires, il est demandé aux promoteurs d’évaluer s’il est nécessaire d’adapter les objectifs de ces travaux puisque l’accès aux bibliothèques, laboratoires et salles informatiques a été limité et la collecte de données sur le terrain rendue plus complexe.
  • Concernant l’examen d’entrée en médecine et dentisterie, l’examen du 3 juillet est annulé. La première épreuve aura lieu le 28 août.

Copyright © 2017 ARES / Mentions légales

Les sites de la Fédération sont réalisés avec le support de l'ETNIC